Un nouveau contrat de la conception à l’installation du WAVS d’ITER !   

Le CEA et ses partenaires ont signé le nouveau contrat pour le WAVS (« Wide Angle Viewing System »), diagnostic clé pour ITER. Ce contrat couvrira les activités de conception des 12 lignes de vue ainsi que le suivi de fabrication et l’installation de ces composants dans ITER jusque fin 2028.

Le système équatorial d’imagerie visible/infrarouge d’ITER (appelé WAVS pour « Wide Angle Viewing System ») est un diagnostic clé pour la protection de la première paroi de l’enceinte à vide. Ce système repose sur l’observation par thermographie infrarouge (dans la bande spectrale infrarouge 3-5µm) et dans le visible des principaux composants face au plasma. Grâce à ses 15 lignes de vue réparties dans quatre queusots* équatoriaux (n°3, 9, 12 et 17), le WAVS pourra assurer la surveillance d’au moins 70% de la surface de la chambre à vide.

img

Figure : simulation des champs de vue des 15 lignes de visée du diagnostics WAVS distribuées dans les 4 queusots équatoriaux n° 3, 9, 12 et 17 d’ITER.

Depuis 2013, le CEA/IRFM est impliqué dans la conception détaillée des 3 lignes de vues du queusot n°12 qui fait partie des queusots dits « premier plasma ». Le CEA/IRFM pilote un consortium européen incluant CIEMAT (ES), INTA (ES) et Bertin Technologies (FR), dans lequel le CEA/IRFM est responsable de la conception des éléments sous vide. Ce travail, qui se termine, a été réalisé dans le cadre d’un contrat avec l’agence domestique européenne Fusion for Energy (F4E).

En mars 2023, F4E a lancé un nouvel appel d’offres pour la conception du WAVS dans les queusots n°3, 9 et 17. Le CEA/IRFM et ses partenaires ont remporté cet appel d’offres et le nouveau contrat (F4E-GRT-1446) a été signé le 6 octobre 2023. Il couvrira les activités de conception des 12 lignes de vue restantes jusqu’au premier semestre 2026. Ce contrat intègre également le suivi de fabrication et d’installation de ces composants dans ITER jusque fin 2028.

Ce travail contribue au positionnement de premier plan de l’IRFM sur le développement des technologies de protection de la première paroi des tokamaks, en complément de ce qui ait déjà fait pour WEST, W7X et DTT. L’objectif, à plus long terme, est de prendre part à l’exploitation de ce diagnostic sur ITER.

 

* Queusot : ouverture dans la chambre à vide du tokamak, permettant d’introduire de l’instrumentation (le tokamak ITER comprend 44 queusots).

 

 
VP116120, dépêche du 02/11/2023